13.07.2017

Tribune. Solidarité et climat : Emmanuel Macron est-il le nouveau champion du renoncement ?

France-Libertés co-signataire d’une tribune publiée dans Le Monde, dénonce les promesses trahies du président français après l’annonce de coupes budgétaires dans la lutte contre la pauvreté et l’aide au développement.

« J’adresse en votre nom aux nations du monde le salut de la France fraternelle. Je dis à leurs dirigeants que la France sera présente et attentive à la paix, à l’équilibre des puissances, à la coopération internationale, au respect des engagements pris en matière de développement et de lutte contre le réchauffement climatique. » Tels sont les premiers mots qu’Emmanuel Macron a adressés au monde le 7 mai 2017 au soir, lors de sa première allocution présidentielle.

Lors de ses premiers mois à l’Elysée, le président a d’ailleurs très vite placé les questions climatiques et de lutte contre la pauvreté au cœur de son action diplomatique.


"Sur l'autel de l'attractivité"

Deux leviers s’offrent aujourd’hui à la France pour refaire de la solidarité internationale une ambition majeure et honorer ses engagements de la COP 21 : augmenter le budget de l’aide au développement, sacrifié pendant plusieurs années sous le mandat de François Hollande, et aboutir – enfin – à une taxe sur les transactions financières (TTF) ambitieuse en France et en Europe.

En nouveau champion international du climat, Emmanuel Macron s’est présenté aux ONG le 6 juin, à la suite de la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris, pour annoncer qu’un accord européen sur la TTF serait proposé « d’ici la fin de l’été ». Il s’était préalablement engagé à proposer une trajectoire crédible pour atteindre l’objectif international des 0,7 % du revenu national brut consacré à l’aide publique au développement dès 2025.

 

Pourtant, dès le début de cette période estivale, à la parole présidentielle succèdent des renoncements majeurs dans la lutte contre la pauvreté, les inégalités et le changement climatique.

 

Au moment même où Emmanuel Macron est arrivé au G20 en Allemagne pour discuter du climat et du développement de l’Afrique, son premier ministre, Edouard Philippe, a porté un coup dur à la TTF, l’un des outils essentiels de financement de la solidarité internationale et du climat. En repoussant aux calendes grecques les négociations sur la TTF européenne, et en amputant, sur l’autel de l’attractivité de la place boursière parisienne post-Brexit, la TTF française d’une mesure phare adoptée l’année dernière par les parlementaires de tous bords – la taxation des transactions intra-journalières qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2018 –, le premier ministre a sacrifié, en une annonce, un outil puissant pouvant rapporter plus de 2 milliards d’euros par an en France. Et il a émis un signal désastreux : celui d’un gouvernement ouvertement plus attentif aux besoins de la finance qu’à ceux des populations les plus pauvres et de la planète.

 

Seulement cinq jours plus tard, nouveau renoncement ! Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics, pour réduire le « train de vie de l’Etat », porte un nouveau coup de boutoir aux engagements internationaux de la France en annonçant plus de 140 millions d’euros de coupe au budget de l’aide publique au développement. Cette coupe pourrait porter le montant de la mission Aide publique au développement à son plus bas niveau de la dernière décennie.

 


Beaux discours

En une semaine, le gouvernement d’Emmanuel Macron est tout simplement revenu sur des acquis fondamentaux de mobilisation de tous les bords politiques pour défendre une France ambitieuse et solidaire.

En une semaine, Emmanuel Macron a tourné le dos aux 800 millions de personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté dans le monde, aux 400 millions de personnes qui n’ont pas accès aux services de santé les plus essentiels, au 1,8 milliard de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable, aux 138 millions d’enfants de moins de 5 ans qui souffriront de malnutrition en 2050, et aux 130 millions de filles privées d’éducation dans le monde.

Mais, surtout, en une semaine, la France semble avoir fait le choix de défendre les intérêts des 1 % les plus riches de la planète, au détriment des 99 % restants. Les mesures annoncées ces derniers jours, en faisant primer une logique comptable de court terme au détriment d’un projet de société fondé sur la justice et les droits humains, vont accroître les inégalités, diminuer les ressources budgétaires de la France, et réduire ses capacités à se positionner comme championne de la solidarité et du climat au niveau international.

Monsieur le Président de la République, nous vous lançons un appel, aider les populations les plus vulnérables dans le monde ne peut être ni une variable d’ajustement budgétaire ni un argument dans une négociation sur l’attractivité de la place de Paris. Votre crédibilité, tant en France qu’à l’étranger, dépend de votre capacité à respecter vos engagements, et à accorder vos actes et arbitrages effectifs avec vos beaux discours.


Lisez la tribune sur LeMonde.fr