6 mois se sont écoulés depuis la COP21 et nous avons bien compris que l'urgence de décembre 2015 était politique et non climatique. L'accélération du changement climatique est pourtant au rendez-vous de cette année 2016. Deux diagrammes animés suffisent à comprendre que l'emballement n'est pas loin et que les scientifiques du GIEC, à force de prudence, ont peut-être oublié de nous dire qu'il fallait réellement changer nos modes de vie maintenant et pas demain.


climat.gif
co2.gif

Pourtant, pour trouver ces informations sur le changement climatique, il faut chercher car les médias ont d'autres préoccupations que de nous informer des risques que courre notre planète. Les journalistes perdent leur énergie à discuter économie, Brexit, Aéroport de Notre Dame des Landes, élections en Espagne.

Que dis-je? le foot, le foot, le foot.

Et pendant ce temps, le taux de 400 PPM de CO2 dans l'air (0.04%) est atteint et dépassé au pôle sud pour la première fois depuis 4 millions d'années sans que cela fasse la une des journaux.

Lire la suite de la tribune d'Emmanuel Poilane sur le Huffington Post

Voir également