France Libertés souhaite rappeler les obligations des Etats à faire respecter le droit à l’eau des populations autochtones. Le droit à l’eau figure au premier rang des droits auxquels les projets des industries extractives et des grands barrages portent souvent atteinte, car ces projets génèrent des conséquences culturelles, économiques et sociales désastreuses sur les populations locales.


Ce side event se basera sur trois déclarations écrites présentées à cette session du Conseil des Droits de l’Homme. Par ce biais, la Fondation et ses partenaires soulignent la responsabilité des Etats de garantir le respect des droits humains par les entreprises porteuses de ces projets, souvent transnationales. Les principes de participation et consentement des peuples autochtones seront abordés, ainsi que la nécessité pour les Etats de renforcer la protection juridique de ces populations, souvent impuissantes face au poids des entreprises transnationales.


Mr Jean Ziegler, ancien Rapporteur Spécial du Conseil des droits de l’homme pour le droit à l’alimentation interviendra sur le sujet, ainsi que le directeur de France Libertés, Mr Emmanuel Poilâne.

Deux autres interventions concerneront des cas concrets, illustrant la menace que ces projets peuvent présenter pour les peuples autochtones, dans des situations où leur protection juridique et leur participation n’ont pas été garanties. Ainsi, Mr Milton Sanchez Cubas, Président de la Plateforme Interinstitutionnelle de Celendin présentera le cas du projet minier Conga à Cajamarca au Pérou et Mr Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes Les Amis de la Terre France, exposera le cas du grand barrage de Bujagali en Ouganda .

Cet événement aura lieu le vendredi 13 septembre 2013 de 11h à 13h
et se tiendra dans la salle XXI du Palais des Nations, à Genève.

Un point presse sera organisé à la sortie de la salle XXI à 13h dans lequel les journalistes pourront interviewer les intervenants.    

Crédit Photo: Brent Millikan, internationalrivers.org

Voir aussi