Une rencontre pleine d’émotions avec le peuple Ashaninka lors du voyage de Danielle Mitterrand dans l’état brésilien de l’Acre en 2007


Comme aimait le rappeler Danielle Mitterrand, les Ashaninka ont un PIB égal à zéro. Loin d’alimenter à l’infini la croissance mondiale, ce peuple lutte pour défendre l’équilibre dans lequel il vit des assauts répétés d’un système qui ne reconnait d’autres richesses que l’argent. N’est-il pas temps que cela change ? 

Le PIB et la croissance ne sont pas des indicateurs ne sont pas des indicateurs de progrès : ils occultent les inégalités et les dégradations environnementales qui les nourrissent et ignorent tout du bien-être. Face à ce constat, la Fondation a participé à de nombreuses réflexions pour construire de nouveaux indicateurs qui reflètent les orientations désirables à donner à nos sociétés.

Du Sumak Kawsay andin à l’indice de Bonheur National Brut bhoutanais, s’ouvrir à d’autres imaginaires, découvrir et comprendre d’autres manières d’être et de penser sont autant de chemins pour concevoir une nouvelle idée de la richesse, plus attentive et respectueuse de l’Humain et du vivant.


 

Voir également