Danielle Mitterrand aux côtés de Maryam Radjavi à Auvers-sur-Oise en 2010

« Resplendissantes dans leurs retrouvailles, ce 2 février 2010 lorsque Danielle Mitterrand vient rencontrer Maryam Radjavi à sa résidence à Auvers-sur-Oise.

Ce tête-à-tête allait bien au-delà d’un entretien de la Présidente élue du Conseil National de la Résistance Iranienne avec l’ancienne Première Dame de France qui venait lui dire la solidarité de France Libertés dans son combat pour la démocratie en Iran; et mobiliser l’ONU dans la protection des résistants réfugiés dans leur camps « Achraf » en Irak, exposés aux massacres des forces liées à la dictature religieuse des mollahs en Iran.

Deux sœurs venues d’horizons différents mais avec une même âme : l’âme de la Résistance. Danielle retrouvait avec Maryam des pages de l’histoire de sa jeunesse contre l’occupant nazi et Maryam appelait à son soutien dans la lutte contre l’obscurantisme au pouvoir dans son pays au nom de l’islam.

Coïncidence oblige, en cette veille de la journée internationale contre la peine de mort, de rappeler cette phrase de leur communiqué commun à l’issue de cette rencontre inoubliable, Danielle Mitterrand déclarant « insoutenable pour elle comme pour la communauté internationale que le régime iranien puisse juger et condamner à mort des citoyens qualifiés d’ennemis de Dieu (Mohareb) en raison des contacts qu’ils sont censés entretenir avec l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI) » en référence au massacre en 1988, de 30 000 prisonniers politique en Iran dont l’un des principaux instigateur (Raïssi) est devenu depuis juin dernier Président du régime des mollas.

Danielle Mitterrand regardait loin. Ses positions rejoignent souvent l’actualité. »

 

Behzad Naziri, membre du CNRI qui faisait le lien avec Danielle Mitterrand pendant ces années de soutien à la cause de la Résistance iranienne.


 

Voir également