Émancipation des femmes et économie coopérative à Qamishlo

 

Le 7 mars dernier, à Qamishlo, au cœur de la région du Nord-est de la Syrie, les chants et les danses ont résonné pour célébrer l’ouverture officielle du « Sûka Jîn », un marché dédié aux femmes. Ce projet, porté par le « bureau des femmes » (Mektaba Jin) de la ville de Qamishlo, vise à renforcer l’émancipation économique de 14 femmes issues de communautés vulnérables, déplacées suite aux guerres contre Daech ou l’armée Turque, veuves, en situation de précarité financière.

Derrière les stands colorés, c’est l’émancipation sociale et politique qui se construit pas à pas et une autre société plus égalitaire qui fleurit.

 

Le marché des femmes s’inscrit dans l’alternative politique qui s’expérimente au Nord-Est de la Syrie, basée sur la démocratie locale, l’émancipation des femmes, la coexistence des peuples, l’écologie, et l’économie coopérative. Si l’image d’Epinal des femmes kurdes combattant Daech a fait le tour du monde, la dynamique d’émancipation sociale et économique est bien moins connue. Dans la région, les activités commerciales sont surtout masculines et les femmes sont majoritairement dépendantes de leurs maris pour les revenus.

Depuis l’été 2020, le soutien de la Fondation Danielle Mitterrand a permis d’achever la construction des magasins et donner une première subvention permettant aux femmes de démarrer leurs activités. Vente de vêtements, de fleurs, de lunettes, de pâtisseries, de cosmétiques, ou d’épices : derrière les stands colorés, c’est l’émancipation sociale et politique qui se construit pas à pas et une autre société plus égalitaire qui fleurit.

 

Les portes sont ouvertes au « Sûka Jîn » de Qamishlo

La danse et la solidarité pour fêter l’inauguration du « Sûka Jîn » !

 

 

Voir également