#1. Rendre l’eau à la terre : éclairages et alternatives

Notre campagne « Rendre l’eau à la terre : éclairages et alternatives » nous emmène cette semaine au Moyen-Orient, territoire où les enjeux hydriques croissent au rythme du changement climatique.

Jéricho, cité millénaire située dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, a longtemps croulé sous les arbres fruitiers et les sources d’eau. Aujourd’hui tourmentée par le changement climatique et le contexte politique israélo-palestinien, Jéricho manque d’eau.

Les habitants de la ville maraichère peinent à accéder à l’eau. Les pluies se font rares, l’agriculture se transforme en véritable défi, les restrictions deviennent écrasantes. La question du manque d’eau déstabilise l’économie locale, alimente les tensions politico-sociales et dessert tout projet de médiation territoriale. A Jéricho, l’or bleu est devenu le vecteur du conflit israélo-palestinien à travers les rétentions de permis de travaux de puits ou encore les détournements d’eau. Le quotidien des habitants est rythmé par l’inquiétude provoquée par le manque d’eau.

Cisjordanie

C’est en pleine situation de crise que l’Homme se révèle souvent inventif. Face à un état de stress hydrique, les agriculteurs utilisent donc les eaux domestiques usées pour irriguer leurs champs, l’usage des canaux ancestraux est devenu monnaie courante et la permaculture pallie tant bien que mal le manque d’eau.

Pour autant, les enjeux d’eau de Jéricho, englobant aussi bien droit à l’eau, changement climatique ou encore répartition de l’eau, ne sauraient trouver une réponse durable sans résolution du conflit israélo-palestinien.

Lire l’article sur le site internet Basta !

Voir aussi