Alors que les dérèglements climatiques s’intensifient et qu’une action résolue en la matière se fait toujours attendre, associations, mouvement sociaux et syndicats publient ce mercredi 19 mars une lettre ouverte à Messieurs les Ministres Laurent Fabius, Philippe Martin et Pascal Canfin, en charge du suivi des négociations climat pour le gouvernement français. « Assez de discours, des actes ! » demande cette lettre ouverte.

Le 22 janvier dernier, la Commission européenne a publié ses propositions de politique en matière de climat pour la période 2020-2030. « Couplées à des financements climat anecdotiques, les actuelles propositions de la Commission européenne, appelées à devenir la position de négociation de l’UE pour la COP de Paris, sont insuffisantes » estime Célia Gautier, chargée de mission Politiques européennes du Réseau Action Climat, « le gouvernement français doit œuvrer pour une nette revalorisation à la hausse des objectifs du plan énergie-climat 2030 en discussion à l’échelle européenne ».

La lettre ouverte appelle également le gouvernement à faire œuvre de cohérence entre les discours et les actes. « Nous demandons au gouvernement de ne pas soutenir ni promouvoir des projets, qui peuvent être présentés comme des solutions à la crise climatique, alors qu’ils s’inscrivent dans un modèle dominant de développement à l’origine des déséquilibres écologiques et dont les impacts négatifs pèsent de façon disproportionnée sur les populations locales et leur environnement, au Sud comme au Nord » précise Bernard Salamand, président du CRID, « une politique cohérente passe par la mobilisation de financements publics additionnels pour les pays du Sud et la fin du soutien aux projets climaticides ».

Pour Maxime Combes, de la commission écologie&société d’Attac France, « il est urgent de dépolluer les négociations climatiques et le gouvernement français doit freiner l’expansion de la mainmise des lobbies économiques et financiers sur les négociations climat, nous invitons le gouvernement français à étudier et soutenir notre proposition visant à introduire dans le droit international le principe selon lequel les industries des énergies fossiles et des secteurs les plus polluants ne doivent jouer aucun rôle dans les négociations climat ».

Il est temps que soient tirées les leçons des échecs successifs des conférences internationales sur le climat. Le choix des alliances du gouvernement, en France et dans l’Union européenne, dessinera largement le contenu de l’accord de Paris. Dans la perspective d’une conférence 2015 placée sous le signe de la justice et de l’ambition climatique, de l’urgence à agir, nous attendons des actes. « Assez de discours non suivis d’effets ».

Informations complémentaires:
La lettre ouverte à MM Laurent Fabius, Philippe Martin et Pascal Canfin « Assez de discours, des actes », à l’initiative d’Attac France, du Crid et du RAC est signée par Aitec, Amis de la Terre, Bizi !, CCFD-Terre Solidaire, Confédération paysanne, Emmaüs International, Fondation Sciences citoyennes, France Amérique Latine, France Libertés, FSU, Le Mouvement de la paix, Oxfam France, Ritimo, Union syndicale Solidaires, Terre des Hommes.

Voir également