Le changement climatique est une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Alors que l’Europe de l’Ouest grelotte, l’Arctique traverse un hiver particulièrement chaud avec des températures de 35°C supérieures à la normale et 6,2°C au thermomètre. Il neige à Rome et il pleut au Pôle Nord ! Le climat s’affole et les scientifiques observent avec inquiétude des évolutions beaucoup plus précoces que prévues.

Cette réalité nous alerte. Nous devons transformer sans attendre nos modes de sociétés et imaginer les évolutions nécessaires pour freiner, et si possible stopper, ces dérèglements climatiques. Le pré rapport du GIEC – le rapport final sortira en octobre – montre combien nous devons bousculer en profondeur nos modèles de développement.

Pour changer de paradigme, l’urgence est la coopération

Rêvons.

Certains acteurs politiques, partout dans le monde, ont pris conscience de cette réalité et ont radicalement changé de politiques.

En Europe, le Président Macron a décidé d’investir plus de 3% du budget de l’État dans le tout rail pour sortir le plus rapidement possible des énergies fossiles. Le Président Erdogan lui s’emploie à un grand pacte de coopération internationale pour le climat avec les pays qui lui sont frontaliers pour faire émerger le plan climat européano-asiatique du 21ème siècle.

Aux USA, le Président Trump a annoncé la fin du charbon, et le développement des énergies renouvelables. Il s’insurge contre l’Accord de Paris qui manque décidément d’ambition. Les multinationales de l’énergie et des transports, partout sur la planète, cessent une à une les explorations et l’utilisation des énergies fossiles pour investir leurs savoir-faire dans le développement des énergies renouvelables.

Les Nations Unies ont décidé de créer un nouvel indicateur pour l’ensemble des économies de la planète, le CSHV, le Contrat pour la Survie de l’Humanité et du Vivant. Il remplace le PIB rendu obsolète par ses incohérences et son action climaticide. Qui pouvait encore se satisfaire d’un indicateur qui comptabilise les accidents de la route comme un évènement positif ?

Bon, ok, je rêve. La réalité est toute autre.

Mais en ce moment, il vaut mieux rêver que de regarder les actualités. Parce qu’entre les ventes d’armes aux USA et au Yémen, la folie meurtrière en Syrie, la démagogie généralisée du Président Trump et la réforme d’un autre temps de la SNCF, j’ai bien l’impression que la lutte contre le changement climatique n’est pas la priorité, ici comme ailleurs. Trop occupés à créer de la croissance et du PIB, nos dirigeants sont en passe de devenir les futurs exterminateurs de l’Humanité et du vivant.

Réveillons-les avant qu’il ne soit trop tard ! Dans tous les cas, les générations futures nous jugeront.