#4. Rendre l’eau à la terre : éclairages et alternatives

Cette semaine, dans le cadre de notre partenariat « Rendre l’eau à la terre : éclairages et alternatives », une enquête de terrain nous emmène dans la forêt de Bialowieza, à cheval entre la Biélorussie et la Pologne, devenue l’objet de discorde.

Foret Pologne

140 000 hectares de forêt primaire classée au patrimoine de l’Humanité : la forêt de Bialowieza risque pourtant d’être abattue. Un insecte ravageur, le bostryche, décime les arbres de cette forêt, une situation alarmante face à laquelle le gouvernement polonais préconise un abatage complet des arbres. Les activistes écologistes rendus sur place affrontent cette décision aberrante avec vigueur. Ces « coupes sanitaires » ne les satisfont en rien. D’une part, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une solution aussi radicale pour lutter contre le ravageur, d’autre part, bon nombre de ces activistes soupçonnent l’État polonais de chercher en réalité un moyen d’exploiter économiquement la forêt.

Le gouvernement polonais ne doit pas seulement justifier sa décision face aux écologistes mais également à l’UNESCO qui exhorte la Pologne à «maintenir la continuité et l’intégrité de la forêt ancienne protégée » et de « cesser immédiatement tout abattage et exploitation forestiers dans les forêts anciennes ». A cet avis  se joint la Commission européenne mais également  la Cour de Justice de l’Union Européenne devant laquelle le cas d’abattage a été présenté et condamné.

La déforestation n’est en rien anodine au vue des changements climatiques actuels dans le monde. Les arbres ont un rôle éminemment important dans le cycle de l’eau et son bon fonctionnement. Stockage de l’eau, perméabilité des sols, ou encore évapotranspiration, la fonction des forêts est vitale. Une déforestation aussi massive que celle prévue par le gouvernement polonais provoquera inéluctablement la perturbation du cycle de l’eau local et par conséquence du climat global.

Lire l’article sur le site internet de Basta !

 

Voir aussi