Dans un contexte de crise systémique de plus en plus flagrante et d’urgences multiples auxquelles doivent faire face nos sociétés, nous vous annoncions le mois dernier notre nouveau mot d’ordre :  « Donnons vie aux utopies ».

Une rupture radicale avec le néolibéralisme et productivisme doit être opérée et les alternatives essaimant un peu partout sur la planète doivent être renforcées et mises en lumière. C’est précisément la mission que se donne la Fondation pour les années à venir.

Face à ce modèle de développement prédateur pour la planète et préjudiciable aux droits humains, la Fondation Danielle Mitterrand considère plus que jamais qu’un autre monde, juste et garant d’un destin commun universel, ne peut se construire que sur des alternatives démocratiques, soutenables et solidaires.

Les réponses que propose la Fondation Danielle Mitterrand s’articulent autour de trois missions qui s’entremêlent pour plus de force :

  • une mission « agitatrice d’idées » : favoriser le renforcement et la co-construction de pensées, théories et pratiques pour imaginer ces autres mondes ;
  • une mission « soutien aux résistances et alternatives» : favoriser la mise en place d’actions et d’expérimentations radicales par un soutien financier, matériel et de mise en réseau ;
  • une mission « mise en lumière» : participer à la construction d’autres récits par la documentation des alternatives concrètes que nous appuyons.

La Fondation Danielle Mitterrand se donne donc pour mission d’accompagner les acteurs qui concourent à la transformation profonde de nos sociétés, en illustrant et en faisant connaître l’efficacité, la diversité et la radicalité de leurs activités.

Parce qu’il est urgent de pousser et appuyer cette métamorphose sur tous les plans, la Fondation a fait le choix de penser des axes d’action autour de trois sujets qui s’entrecroisent et qui sont le reflet de nos engagements depuis toujours  :

  • pour un autre rapport au vivant
    A l’heure où les conditions mêmes d’habitabilité de la Terre sont mises en cause, il est nécessaire de réinventer la place de l’humain par rapport au reste du vivant. La Fondation soutiendra les initiatives qui (re)mettent au cœur de leurs activités les liens d’interdépendance des humains avec le tissu du vivant pour réapprendre à coexister dans des relations harmonieuses et émancipatrices. L’objectif ? Faire advenir ou renforcer d’autres manières d’habiter la Terre qui s’inscrivent dans le soin de notre maison commune.
  • pour un autre rapport à l’autre
    Alors que les espaces de libertés diminuent,  que les inégalités augmentent partout dans le monde, que les peuples se soulèvent pour dénoncer les régimes politiques en place, que de plus en plus les invisibilisés s’expriment pour dénoncer leur exclusion, domination et les violences à leurs égards, nous devons repenser des relations humaines libérées de toutes formes de domination. La fondation soutiendra les initiatives qui remettent au cœur la solidarité et l’empathie et qui réaffirment la richesse que constituent nos diversités. L’objectif ? Coexister ensemble autour d’une justice sociale renouvelée.
  • pour d’autres façons de ‘faire société’
    Alors que le pouvoir est ôté aux citoyens et que l’exploitation effrénée de la nature nous conduit dans le mur, nous devons repenser les systèmes politiques et sociaux permettant l’épanouissement de la vie et la capacité d’agir et de décider de toutes et tous. La Fondation soutiendra les initiatives qui défendent et étendent le(s) commun(s), à distance des logiques autoritaires et de la dictature économique mortifère. L’objectif ? Bâtir des sociétés égalitaires fondées sur l’implication de toutes et tous par une démocratie en actes et qui donnent sa place aux non-humains. »

Un vaste programme ! Et déjà de nombreux projets soutenus qui s’inscrivent dans cette métamorphose comme le projet de ferme-école au Liban lauréat du Prix Danielle Mitterrand, un projet d’autonomisation d’un village autochtone Kali’na en Guyane, un projet d’exposition sur les luttes pour le vivant en Europe ou encore la cantine syrienne de Montreuil et son riche programme de rencontres.

 


      • Marion Veber

        Responsable des programmes de la
        Fondation Danielle Mitterrand

Voir également