Le droit à l’eau et à l’assainissement a été proclamé le 28 juillet 2010 par l’Assemblée générale des Nations unies et réaffirmé en décembre 2017 par l’ONU.

Pourtant, aujourd’hui encore, quelques 2,1 milliards de personnes, soit 30% de la population mondiale, n’ont toujours pas accès à des services d’alimentation domestique en eau potable et 4,5 milliards de personnes ne disposent pas de services d’assainissement gérés en toute sécurité (rapport commun de l’OMS et de l’UNICEF, 2017).

Cette situation alarmante doit inciter les États à mener des politiques fortes pour rendre ce droit effectif. Aujourd’hui, l’eau ne doit plus être pensée comme une ressource ou comme une marchandise mais comme un bien commun, géré de manière collective, durable, équitable et dans une logique de solidarité.