En choisissant Belém, l’une des deux plus grandes villes amazoniennes, pour organiser la neuvième édition du Forum Social Mondial, un certain nombre de thématiques jusqu’alors peu abordées par le forum ont été placées au cœur des réflexions. C’est notamment le cas pour toutes les questions liées à écologie, dans leurs dimensions environnementales et sociales. Plus encore, c’est la région de l’Amazonie qui a ainsi été mise à l’honneur, avec la tenue d’une journée « pan-amazonienne » spécifiquement consacrée aux enjeux de cette région vitale pour le monde.

Droits des peuples autochtones, défense d’un modèle de développement respectueux de l’environnement, lutte contre des projets extractivistes et destructeurs… sont autant de problématiques qui ont été discutées en cette journée du 28 janvier 2009. C’est dans ce contexte que France Libertés a inscrit un atelier consacré à la lutte contre la biopiraterie.

L’atelier « Contra a biopirateria ! » au Forum Social Mondial de Belém a réuni plus de 160 personnes. Les différentes interventions ont contribué à mieux saisir les enjeux liés à la biopiraterie et envisager des modes d’actions concrets pour s’opposer à ces pratiques. La  « vision autochtone », apportée par le témoignage de Patricia Gualinga, représentante de la Communauté Sarayaku d’Equateur, a souligné le problème fondamentalement étique et moral que pose la biopiraterie. David Flacher, Maitre de conférence en économie à l’Université Paris XIII, a quant à lui posé le contexte économique et juridique dans lesquels s’insèrent ces pratiques. Le lien entre ces pratiques et la nécessité de préserver les biens communs de l’humanité a été rappelé Danielle Mitterrand, Présidente de France Libertés, et André Abreu, Directeur du développement de la Fondation. Enfin, Pauline Lavaud, coordinatrice du Collectif Biopiraterie pour France Libertés, a présenté les pistes d’action des ONG françaises pour lutter contre les pratiques de biopiraterie.

Voir aussi