Sous le slogan « Des ponts, pas des murs », des centaines d’ONG, associations, syndicats, mouvements et réseaux ont signé un Appel dénonçant le traitement des personnes migrantes sur le territoire français. Ce consensus au sein des organisations qui travaillent au jour le jour avec des migrants et des demandeurs d’asile s’est pourtant heurté à la surdité du gouvernement. France Libertés s’indigne avec les autres ONG signataires de ce refus. Le mépris témoigné par la Présidence à l’encontre de cette démarche d’ouverture n’est pas admissible. D’autant moins que le gouvernement compte sur les associations pour gérer au quotidien la situation désastreuse des personnes migrantes présentes sur le territoire.

Nos réseaux ont des alternatives concrètes à présenter et à mettre en place. Loin de nous contenter d’une simple critique, nous voulons que nos propositions soient entendues. Le Président ne peut ni se cacher derrière l’Europe pour rejeter toute responsabilité en matière de politique migratoire, ni n’entendre de la société civile que ce qui l’arrange.

Les politiques migratoires européenne et française nient la réalité et n’ont pour réponse aux aspirations d’émancipation des migrants que des murs et des camps. Nous devons nous mobiliser pour empêcher l’escalade sécuritaire, nous voulons des ponts, pas des murs ! Mobilisons-nous samedi 20 juin, départ de Stalingrad à 14h et arrivée à 15h30 place de la République, sous la bannière  « Des Ponts Pas Des Murs ». Sur place un mur de la honte et de l’austérité sera construit.

Retrouvez ci-dessous l’appel au Président de la République avec la liste des signataires et l’appel à manifester le 20 juin prochain

 
 
 
 
 
 
 
 

Voir également