Cette semaine, Justine Richer, Chargée de du programme Alternatives à la biopiraterie à France Libertés parle des moyens qui peuvent être mis en oeuvre pour protéger les droits et savoirs ancestraux des peuples autochtones : « Cela peut prendre plusieurs formes. C’est déjà important de dénoncer les brevets illégitimes. Cela passe par la coordination d’actions médiatiques et juridiques de la part d’associations comme la Fondation France Libertés. C’est aussi important de sensibiliser les citoyens. Il faut avoir également des alternatives de commercialisation par des entreprises qui privilégient la consultation et le travail direct avec les populations autochtones. Cela passe aussi par la mise en place de systèmes alternatifs de protection des savoirs. Enfin, il faut des cadres juridiques qui puissent protéger les peuples autochtones, leurs droits et leurs savoirs traditionnels. »

Ecoutez son intervention:

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi