L’édition 2019 du prix Danielle Mitterrand récompensera une personnalité parmi les quatre encore en lice : Ilham Amare, Rodrigo Mundaca, Subama Mapou et Autumn Peltier. Découvrez aujourd’hui le parcours de Ilham Amare.

Ilham Amare


Ilham Amare, coprésidente de la première « maison des femmes » du Nord-Est de la Syrie

« Quand j’ai appris que j’avais été sélectionnée parmi les 4 finalistes du prix Danielle Mitterrand, que le travail des maisons des femmes était reconnu à l’étranger, j’ai pensé au jour où j’ai été arrêtée puis emprisonnée par le régime syrien et là toute la douleur que je traînais s’est évaporée », Ilham Amare. 

Ilhame Amare a commencé à travailler en secret, sous le régime de Bachar Al-Assad dans sa ville natale de Qamislo, au Nord-Est de la Syrie, communément appelé Rojava par les Kurdes. Elle participe à la création de la première « malê jin », la maison des femmes. Ce lieu offre un refuge aux femmes subissant des violences et des discriminations. Les équipes cherchent à améliorer la situation des femmes en leur trouvant un travail et en discutant avec les communautés locales afin de les sensibiliser à cette cause.

La maison des femmes de Qamislo connait un fort succès. Ainsi, au fur et à mesure que des territoires du Rojava étaient libérés du joug de Daesh, Ilham Amare ouvrait de nouvelles maisons des femmes pour empêcher l’idéologie profondément mortifère et anti-femme de Daesh de se réimplanter. Cette initiative a été accueillie parfois avec méfiance, mais à force de discussions et d’explications, les différentes communautés ont su faire confiance à la Kurde syrienne et à son projet.

Ayant échappé à plusieurs attaques du régime et de Daesh, Ilham Amare veut montrer que des initiatives féministes, moins connues que les unités féminines plus médiatiques des YPJ, existent au Rojava. Cette initiative cherche à prouver qu’une alternative démocratique et égalitaire existe, opposée à l’obscurantisme de ces dernières années.

Afin d’être sûre que l’idéologie de Daesh ne refasse pas surface, Ilham Amare s’est rendue dans divers camps de réfugiés et y a rencontré notamment d’anciennes membres de l’organisation. L’objectif est d’améliorer la cohésion les femmes de diverses communautés. Ainsi les femmes arabes travaillent avec des femmes kurdes, des chrétiennes, des femmes de toute origine et de toute confession.

Ilham Amare souhaite faire reconnaître ses actions, pour protéger l’alternative démocratique et égalitaire qu’elles représentent. Elle s’est ainsi engagée aux côtés de femmes lors de procès ou de manifestations pour défendre leurs droits.


Le Rojava Information Center

Le Rojava Information Center est une organisation indépendante basée au Rojava. L’organisation a déjà été le relais local pour plusieurs journaux comme le Wall Street Journal, l’AFP ou la BBC. Regroupant des reporters et des journalistes de Syrie et d’ailleurs, le Rojava Information Center veut donner la parole à la population locale le plus directement possible.

Leur travail les amène à couvrir tous les sujets d’actualité au Rojava : des incendies aux prisonniers étrangers. Le Prix Danielle Mitterrand leur apporterait une reconnaissance internationale encore plus importante.

Pour lire la présentation en anglais d’Ilham Amare par le Rojava Information Center, rendez-vous sur leur compte Twitter !

Voir aussi