Positionnement

Le Kurdistan s’étend sur quatre pays : la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. Les kurdes sont environ 40 millions et forment la plus grande nation sans pays. Aujourd’hui France Libertés est principalement présente au Kurdistan irakien avec un bureau à Erbil, sa capitale. C’est une région peuplée d’environ 6 millions d’habitants qui possède un gouvernement régional autonome et un parlement.

Carte du kurdistan

Danielle Mitterrand a beaucoup soutenu le peuple kurde, dès 1986 au Kurdistan turc puis au Kurdistan d’Irak à partir de 1988-1989 et l’Anfal. Elle a grandement contribué à mobiliser la communauté internationale et à lui ouvrir les yeux sur les violations des droits de l’homme au Kurdistan (après l’Anfal avec la résolution 688 de l’ONU mais aussi plus tard en demandant la libération et le juste traitement d’Abdullah Öcalan). Elle est surnommée « la mère des kurdes ». Suite à son dernier déplacement au Kurdistan en 2009, elle a engagé sa fondation en  auprès du gouvernement Kurde d’Irak à agir pour sa jeunesse. Cet engagement s’est concrétisé par la mise en place d’un programme de formations de formateurs d’animateurs jeunesse en partenariat avec la fédération Léo Lagrange.

Aujourd’hui, le Kurdistan irakien accueille plus de 2 millions de réfugiés et de déplacés, dont environ 500.000 enfants qui fuient les conflits. Beaucoup vivent dans des camps. Par exemple, le camp de Bardarash proche de Mossoul accueille 12000 personnes dont 5000 enfants. Il comporte deux écoles, un hôpital et un centre communautaire.

Camp de Bardarash Kurdistan irakien

Dans ces camps de réfugiés et de déplacés, beaucoup d’adultes, pourtant qualifiés et motivés se retrouvent sans activité. Frustration, perte d’estime de soi, les conditions de vie les incitent au repli et leur causent des souffrances psychiques importantes. De leur côté, les enfants bénéficient, au mieux, de 3 heures d’école par jour. L’isolement et l’inactivité s’ajoutent aux traumatismes de la guerre, et les besoins psychologiques et sociaux sont conséquents.

Actions/Campagne

Il est nécessaire d’endiguer les traumatismes pour espérer un retour à une vie équilibrée : après l’urgence des besoins de première nécessité, retrouver des activités constructives est la seule voie de résilience. C’est pourquoi France Libertés, en partenariat avec la Fédération d’éducation populaire Léo Lagrange, a lancé en septembre 2016 un programme d’actions en direction de ces populations: la formation et l’accompagnement d’animateurs pour les adultes et des activités pédagogiques pour les enfants.

Formation Kurdistan irakien France Libertés

Le programme Animation et Résilience Kurdistan, soutenu par l’agence française de développement et la ville de Paris doit permettre de former et d’accompagner des kurdes, irakiens et syriens à mettre en place des activités résilientes et éducatrices pour les enfants réfugiés, déplacés et de la communauté d’accueil. Neuf camps de réfugiés et de déplacés vont bénéficier de ces activités à hauteur de trois par an.

Les animateurs, sélectionnés en tenant compte d’une bonne mixité en genre et en origine, rémunérés, suivent un parcours de formation sur l’année entière et un accompagnement au quotidien. A la fin de leur cycle, ils reçoivent un certificat validé par le gouvernement régional du Kurdistan.

Xenia Kurdistan irakien

Les activités auxquelles participent les enfants sont par exemple des activités d’expression telles que du théâtre, du dessin, du slam, de la peinture ou de la danse, et des activités périscolaires (anglais, apprentissage de la lecture, etc.). Ils développent aussi  des projets collectifs. Les méthodes pédagogiques utilisées sont innovantes et permettent à l’enfant d’être pleinement acteurs dans l’acquisition de connaissances et de compétences. Les activités nécessitent des moyens modestes et s’inspirent des jeux et traditions locales.

En parallèle de la formation d’animateurs, un parcours de formation de formateurs kurdes est mis en place : trois sessions sur deux ans, avec des cours théoriques et des stages de terrain. Cette formation sera également sanctionnée par un diplôme. Ces personnes sont expérimentées dans l’animation jeunesse, proviennent d’associations kurdes et de centres de jeunesse public et pourront ensuite former largement les animateurs du Kurdistan.

Ce programme est bâti en accord avec les politiques nationales du gouvernement kurde. Il favorisera la mise en place d’une politique de jeunesse ambitieuse au Kurdistan. Il contribue à la structuration sociale de ces camps par la formation, la motivation et la participation des réfugiés eux-mêmes.


Le programme en chiffres

  • un programme de 3 ans
  • dans 9 camps
  • 60 animateurs formés dont 36 provenant des camps et salariés
  • 12 formateurs formés
  • 5600 enfants bénéficiaires d’activités
  • 2 parcours de formation certifiés (animateur et formateur)
  • 1 livret d’animation en 3 langues (anglais, arabe et kurde)

Ce programme cherche à lutter contre les causes et les conséquences des déstructurations psychosociales et à mettre en place plus de moyens pour permettre de construire la résilience nécessaire et envisager le retour à une vie apaisée.

Logo AFDLe présent programme est cofinancé par l’Agence Française de Développement.

Actualités