Le 5 novembre 2015, un bassin de stockage de déchets miniers s’est rompu au Brésil. Bilan : 19 morts, plusieurs villages dévastés et une pollution désastreuse de toute la vallée du fleuve Rio Doce. 3 ans après, le peuple autochtone Krenak, vivant sur les rives du fleuve, réclame toujours justice. France Libertés se joint à la résistance Krenak et lance une campagne de solidarité internationale : Justice for Krenak

La plus grande pollution jamais causée par l’industrie minière

Il y a trois ans, le barrage de déchets miniers de Mariana, propriété de l’entreprise minière Samarco (consortium du géant minier brésilien Vale et de la multinationale anglo-australienne BHP Billiton) se rompait dans l’Etat brésilien du Minas Gérais. Cette tragédie criminelle a occasionné le déversement de millions de m3 de boues toxiques dans la vallée du Rio Doce sur plusieurs centaines de kilomètres.

Surnommé le « Fukushima brésilien » dans les médias à travers le monde, ce crime est la plus grande pollution de l’histoire brésilienne, ainsi que la plus importante à l’échelle mondiale impliquant des bassins de stockage de déchets miniers.

Les conséquences humaines et environnementales sont désastreuses : 19 morts, plusieurs dizaines de villages détruits, des centaines de milliers de personnes privées d’eau et exposées à d’importants risques sanitaires. Près de 4 millions de personnes ont été affectées, sans compter les préjudices majeurs causés à l’environnement.

Le peuple autochtone Krenak victime du crime environnemental

Les Krenak vivent sur les rives du Rio Doce. Ils ont ainsi subi de plein fouet les conséquences de la rupture du barrage qui ont été, et continuent d’être, particulièrement lourdes pour ce peuple autochtone qui voit nombre de ses droits humains violés.

« Bien que le crime ait eu lieu en 2015, nous continuons à souffrir de ses effets », Geovani Krenak

La rupture du bassin de stockage est à l’origine d’une série de violations des droits du peuple Krenak. La pollution massive du Rio Doce a détruit non seulement les bases matérielles de la vie quotidienne du peuple en le privant de ses moyens de subsistance traditionnels (eau, pêche, agriculture, économie) mais également de la source symbolique de leur spiritualité et de leur culture.

Impunité de la compagnie minière incriminée

Contrairement aux affirmations de Samarco, cette pollution majeure n’est pas le fruit d’un banal accident mais bien le résultat des choix irresponsables opérés par l’entreprise. Parfaitement consciente des dangers que sa négligence faisait courir aux populations concernées, Samarco n’a pourtant pas hésité à poursuivre ses activités minières.

Les Krenak dénoncent un véritable écocide, commis contre le fleuve et les écosystèmes de son bassin jusqu’à l’Océan Atlantique, et par ricochet à l’encontre de leur propre culture liée à ces écosystèmes. La Constitution Brésilienne reconnait pourtant depuis 1988 les terres des peuples autochtones comme « indispensables à la préservation des ressources naturelles nécessaires à leur bien-être et […] à leur reproduction physique et culturelle selon leurs usages, coutumes et traditions. ».

La reconnaissance de la rupture du barrage comme un crime et non comme un accident permettrait de rendre compte de l’ampleur des destructions et des responsabilités.

France Libertés se joint à la résistance Krenak et lance la campagne Justice for Krenak

Cela fait 3 ans que les Krenak se mobilisent contre les responsables de ce crime sans précédent dans l’histoire du peuple.

Suite à la rupture du barrage de Mariana, c’est tout le bassin du Rio Doce qui s’est transformé en véritable zone sacrifiée, payant au prix fort la richesse de son sous-sol. Toute la zone et ses populations sont aujourd’hui laissées à leur sort, la compagnie responsable et l’État brésilien refusant de prendre leurs responsabilités.

France Libertés se joint aujourd’hui à la résistance Krenak pour dénoncer la violation de leurs droits ainsi que la mise en péril de leur mode de vie et identité, en lançant une campagne internationale pour que justice soit enfin faite !

Quelles sont les conséquences de ce désastre humain et environnemental criminel ? Quelles sont les revendications du peuple Krenak pour le respect de leurs droits ? Quelles sont les solutions portées par ce peuple autochtone et soutenues par France Libertés pour réparer les dommages massifs causés par la rupture du bassin de stockage de Samarco ?

Pour en savoir plus et rejoindre la campagne, rendez-vous sur www.justicekrenak.com

Ensemble, exigeons que justice soit faite pour le peuple Krenak !

Voir aussi