Si le Forum Mondial de l’Eau avait avant cette édition une constante au-delà de défendre les multinationales de l’eau, c’était bien celle de ne pas manquer de s’organiser autour de la journée mondiale de l’eau le 22 mars de chaque année.

Le Forum de Marseille partait sur les mêmes bases évidentes d’un éclairage médiatique thématique garanti, mais  à la demande expresse de notre Président, le Forum a été déplacé pour des raisons éloignées des enjeux de l’eau : la campagne électorale.

Depuis le jour de cette décision hautement stratégique pour le futur candidat président, l’Elysée n’a eu de cesse de piloter la préparation d’un forum construit sur mesure pour permettre d’éclairer l’ouverture par le Président de la nation du modèle français de l’eau.

L’inquiétude était grandissante pour les acteurs internationaux dont nous faisons partie de voir émerger un Forum qui ne soit une fois de plus que le reflet de l’arrogance française. Nous avons tous ergotés sur le contenu du discours d’ouverture mais une chose était certaine : l’eau serait en première page de tous les médias car en pleine campagne électorale et même sans la journée mondiale de l’eau, le Président candidat allait ouvrir à grand bruit le Forum Mondial de l’Eau.

Mais en fait non, le candidat abandonne le Président et du même coup tous les acteurs de l’eau qui construisent avec attention un forum et un alterforum pour que l’on parle enfin de notre bien commun  comme d’une problématique centrale de la vie de nos sociétés, que dis je, de nos civilisations.

Ce faisant, il n’abandonne pas le navire lors d’une escale bien organisée, non , il abandonne le navire en pleine tempête et envoi  pour ouvrir ce Forum orphelin son pilote de course préféré, grand défenseur de l’environnement s’il en est, notre premier ministre.

Du coup, l’accès à l’eau pour tous devra  s’appuyer non plus sur le Président candidat mais sur les autres candidats à l’élection présidentielle avec l’espoir qu’une ambition humaniste et de partage puisse émerger d’une campagne qui n’apporte pour le moment aucune envie de se battre pour l’avenir de notre société.

Alors que Nicolas Sarkozy pense surement que l’eau ne vaut pas la peine d’un petit déplacement  à Marseille, comptons sur Francois Hollande, Jean Luc Mélenchon, Eva Joly et tous les autres candidats qui le souhaiteront pour venir entendre les propositions de la société civile pour qu’enfin le droit à l’eau pour tous devienne un droit effectif et que l’on puisse s’enorgueillir d’un modèle français non plus du business mais bien du partage.

Affaire à suivre à Marseille dès vendredi avec les journées « Eau, Planète et Peuples »

Emmanuel POILANE
Directeur de France Libertés

Voir aussi