Chaque année depuis 2013, le prix Danielle Mitterrand récompense et met en lumière des acteurs et actrices qui donnent vie aux utopies et créent des alternatives pour opérer une métamorphose démocratique, écologique et solidaire du monde.

Le jury de cette année a désigné le collectif des Journalières en lutte de Huelva lauréates de la 9ème édition du Prix Danielle Mitterrand.

Né en 2018 de l’auto-organisation des travailleuses exploitées du secteur agricole des fraises en Andalousie, le collectif agit pour défendre leurs droits et œuvre pour construire un monde plus juste grâce à l’émancipation sociale et l’autonomisation des franges dominées et invisibilisées.

Face aux failles de représentativité et aux carences de justice sociale, les Journalières en lutte de Huelva se sont unies pour créer un nouvel espace d’organisation horizontale et transversale. 

Une résistance aux multiples facettes

Tandis que le système capitaliste organise l’exploitation massive et la précarisation des travailleuses du secteur agricole soumises à des conditions de vie et de travail déshumanisantes, tandis que les dispositions légales favorisent la venue de travailleuses immigrées grandement vulnérabilisées, les membres du collectif des Journalières en Lutte de Huelva résistent et organisent la riposte !

Puisque seul ce qui est nommé existe, elles dénoncent haut et forts les multiples abus et les violences physiques et symboliques qui marquent le quotidien des travailleuses et travailleurs agricoles. S’imposant comme un contre-pouvoir essentiel pour porter la voix de celles et ceux que l’on n’écoute pas, les Journalières en lutte de Huelva luttent pour obtenir des conditions de vie et de travail dignes.

De manière totalement autogéré, elles créent des espaces de médiation entre les premiers et premières concerné.es, la justice et l’Inspection du Travail pour leurs permettre de faire valoir leurs droits et mènent en parallèle des campagnes d’informations et de sensibilisation autour du droit du travail au cœur des campagnes.

De prime abord juridique la lutte des Journalières en Lutte de Huelva se révèle politique, sociale et culturelle ! Solidement ancré aux valeurs de solidarité et d’entraide, le collectif œuvre pour rendre accessible la santé et soutient l’apparition de réseaux d’entraide pour subvenir aux besoins de toutes et tous. Auto-organisation, écoute, échanges et tolérance sont les maîtres mots des actions des Journalières en Lutte de Huelva.

Vers la construction d’une belle utopie

Parce qu’il est essentiel de repenser les relations humaines libérées de toute forme de domination, le collectif des Journalières en Lutte de Huelva articule ses actions depuis des dimensions antiracistes et féministes. Au jour le jour elles agissent pour dépasser les discours de haine générés envers la population migrante et (re)créer des espaces d’unité pour lutter ensemble contre les oppressions et la précarité. Conscientes que les effets néfastes du système capitaliste ne se répercutent pas seulement sur les travailleuses agricoles, les Journalières en Lutte de Huelva tissent du lien et nouent des alliances avec d’autres collectifs en résistance.

C’est une véritable culture du soin teintée de bienveillance et de tolérance qui prend vie dans l’engagement du collectif et ouvre la voie à l’émancipation et l’autonomie aptes à rompre avec le rouleau compresseur du capitalisme qui broie les êtres humains et le vivant. Une transformation radicale s’opère pour un monde plus juste et solidaire.


La remise du Prix Danielle Mitterrand 2021 au collectif des Journalières en Lutte de Huelva se déroulera lors de la Soirée des Métamorphoses Radicales , le Samedi 6 novembre 2020  à 17h.

Pour s’inscrire :
https://www.helloasso.com/associations/france-libertes-fondation-danielle-mitterrand/evenements/soiree-des-metamorphoses-radicales

 

 

Voir également