Cette année, l’enquête participative vise à accélérer l’état des lieux des canalisations en France prévu par la Loi Grenelle II. 

La gestion des canalisations fait l’objet de manques inquiétants : manque de transparence, mais aussi impossibilité des collectivités de présenter ne serait-ce qu’un inventaire précis de leur propre réseau. Or, depuis 2009, les collectivités sont tenues de transmettre un certain nombre de données concernant la qualité et le prix du service de l’eau à l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (Onema). L’analyse révèle que seulement 8% des collectivités listées dans l’observatoire ont transmis les informations relatives au taux de renouvellement de leur réseau pour l’année 2011. Sur la base des données disponibles,  France Libertés et 60 Millions de consommateurs ont également pu calculer qu’actuellement, sur l’ensemble du réseau,  le rythme de renouvellement moyen est de 160 ans, alors que la durée de vie moyenne d’une canalisation est estimée à 75 ans. 

Nous le savons, le réseau de distribution est déjà confronté à de nombreux dysfonctionnements ( vieillissement, matériaux trop fragiles ou polluants). L’enjeu de son renouvellement est donc triple : écologique pour limiter les pertes (1,3 milliards de mètres cubes d’eau sont perdus en France chaque année), économique car ces pertes sont répercutées sur la facture de l’usager, mais aussi sanitaire. Le risque sanitaire est d’autant plus préoccupant que dans les années à venir, ce sont les fuites sur le réseau d’assainissement, plus récent mais pas plus contrôlé que le réseau de distribution, qui pourraient contaminer les nappes et les milieux aquatiques. 

Dans cette perspective, l’objectif de cette troisième phase de l’opération transparence est de redonner au service public de l’eau en France, une place dans le débat politique, en mobilisant les élus et les citoyens sur la nécessité d’acquérir des connaissances solides sur l’état de leur réseau d’eau potable et d’assainissement. C’est à cette condition que les collectivités seront en mesure de garantir une gestion transparente, intégrée et sur le long terme de l’ensemble des réseaux, et de notre bien commun : l’eau. 

Comment participer à l’enquête ?

1ère étape : vérifier si les données sur sa commune sont disponibles. Si l’ information manque,  l’internaute est invité à passer à l’étape 2 : contacter sa mairie.

2e étape : contacter sa mairie via le mail ou le courrier que nous mettons à votre disposition. 

3e étape : compléter les informations en ligne pour mettre à jour la carte interactive du renouvellement des canalisations.

Le bilan de l’opération transparence sur les réseaux d’eau potables sera présenté, comme pour les deux phases précédentes, en mars 2014, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau. 

Voir également