fundar.jpg

Dans différents Etats du Mexique, FUNDAR impulse des initiatives visant à promouvoir une gestion publique, démocratique, transparente et participative des ressources nationales en accord avec les droits humains. La spécificité de ce partenaire est d’intervenir à différents niveaux pour permettre une réelle structuration de la société civile mexicaine autour de la question de l’extractivisme dans le pays.

L’association s’efforce dans un premier temps de renforcer les capacités des communautés affectées par des projets d’industries extractives à travers l’organisation d’ateliers de formation sur l’obligation de consultation publique, la réforme énergétique ou encore les conséquences induites par le procédé de fracture hydraulique.

Dans un deuxième temps, elle s’assure de l’accompagnement et du suivi des stratégies juridiques de défense du droit à l’eau en soutenant les procédures lancées devant les tribunaux.

A partir des données terrains, FUNDAR travaille ensuite à l’élaboration d’un plaidoyer, troisième temps fort de son action. Il s’agit là d’intégrer les droits humains – et tout particulièrement le droit à l’eau – dans le secteur des industries extractives en faisant pression sur le pouvoir législatif. Pour renforcer la portée de ce plaidoyer, un travail de coordination est développé avec les autres acteurs nationaux favorisant ainsi la mise en place d’un réseau influent.

Enfin, le quatrième temps de l’action de notre partenaire a trait à l’internationalisation du débat sur les industries extractives. FUNDAR fait en effet partie du mouvement appuyant l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) dont font partie des Etats comme le Guatemala, la Colombie, le Honduras ou encore le Pérou.

Un travail transversal soutenu par la Fondation France Libertés dans un pays où la mobilisation citoyenne est plus que jamais d’actualité.

Voir aussi