A l’occasion de cette journée internationale célébrant la Terre, nous souhaitions vous présenter l’ONG sri lankaise SAPSRI et son action soutenue par France Libertés cette année dans le cadre de notre projet «Rendons l’eau à la terre pour restaurer le climat».

La Journée internationale de la Terre nourricière est célébrée chaque année pour nous rappeler l’interdépendance entre tous les écosystèmes de la planète et l’importance de vivre communément.

Le projet de SAPSRI s’y inscrit pleinement puisqu’il correspond à une initiative pour une gestion responsable des ressources en eau et le renforcement de la capacité de la communauté à protéger le cycle de l’eau local dans le village de Kudadodanathathawa.

Après 30 ans de guerre civile, le Sri Lanka fait désormais face au défi du changement climatique. La vulnérabilité du pays face aux aléas climatiques est d’autant plus grande qu’il s’agit d’un État insulaire. SAPSRI s’est donné pour mission de renforcer les capacités des communautés en créant un environnement favorable et en les intégrant dans un processus d’un développement durable.

La réunion inaugurale du projet « Initiative des peuples pour la gestion responsable des ressources en eau – Eau et climat » à Kudadodanathathawa, avec la participation de 42 membres de la communauté du village.

Le projet en question met en place un système de gestion participative de l’eau et une   agriculture adaptée et génératrice de revenus. Mobiliser les communautés par le biais de programmes de sensibilisation et de formation permet aussi d’aborder la thématique des impacts du changement climatique et de mettre l’accent sur la gestion des ressources naturelles et des écosystèmes.

Le pan du projet consacré à la mise en place d’une agriculture raisonnée et adaptée comprend un couvert arboré d’espèces d’arbres indigènes et des mesures de conservation du sol. Le projet de SAPSRI a pour ambition de restaurer le cycle de l’eau. Pour ce faire SAPSRI entend remettre au gout du jour un ancien système de gestion communautaire de l’eau qui s’est petit à petit perdu en raison de son manque d’entretien.

L’eau se faisant de plus en plus rare par la perturbation du cycle de l’eau, une gestion raisonnée et en commun prend d’autant plus de sens.

Voir aussi