Les consultations officielles de la Commission compétente en matière d’aide environnementale et énergétique commencent début octobre 2013. Sur ces sujets qui engagent l’avenir énergétique, les citoyens français et européens méritent des décisions transparentes et soucieuses du bien commun. 

En juillet 2013, la Commission Européenne a proposé que la technologie nucléaire reçoive des subventions publiques au même titre que les nouvelles énergies renouvelables. Cette demande s’appuie sur la directive « énergies renouvelables »  de la loi-cadre de l’Union Européenne de 2009.

Les nouvelles règles en matière d’aide publique prévoient que les Etats-membres  soient capables de subventionner toutes les formes d’énergie désignées comme « bas-carbone ». Dans cette définition, l’utilisation du nucléaire impacte faiblement l’écologie. Pourtant, cette industrie est responsable de lourds impacts sur l’eau et l’environnement. Les activités d’extraction d’uranium, ou encore les risques majeurs d’accident comme à Fukushima nous le prouvent encore aujourd’hui.

De nouveaux projets de centrale  – Hinkley Point C au Royaume-Uni ou Temelin 3 et 4 en République Tchèque – demandent d’ores et déjà ces financements européens.

Agissons dès aujourd’hui pour éviter un nouveau Fukushima

« Nous, citoyens Européens, voulons exprimer notre espoir que les commissaires européens ne permettent pas la mise en place d’aides publiques pour l’énergie nucléaire »

Voir aussi