Pour une nouvelle manière de mettre en lumière et relier les utopies radicales et les résistances

 

S’inscrire au mailing des Nouvelles des Utopies en Résistance  ICI

 

En 2022, jamais les urgences auxquels l’humanité doit faire face n’ont été si critiques : sixième extinction du vivant, chaos climatique et catastrophes naturelles, explosion des inégalités, concentration des pouvoirs dans les mains d’une oligarchie prédatrice ayant renoncée à toute idée de monde commun, vagues d’exils attisées par des situations d’instabilité et de guerre, montée en flèche du racisme, des nationalismes et des logiques guerrières. Cette « crise systémique » est le résultat de la course folle d’un mode de gouvernement capitaliste, néolibéral et autoritaire, basé sur les dominations et la recherche à tout prix du profit.

Dans cette époque bouleversée, l’heure n’est plus à la transition graduelle mais à une rupture historique. Nous devons construire les conditions d’un basculements profond de nos sociétés. Une bifurcation vers un futur post-capitaliste, égalitaire, basé sur le commun, le soin et libéré des formes de dominations entre humains et sur le vivant.

Mais comment faire, par où commencer ? « Il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme », dit une citation bien connue. Par-delà l’adversité, la Fondation Danielle Mitterrand affirme pourtant que la métamorphose a déjà commencé !

Les sociétés bouillonnent d’alternatives ; des myriades d’initiatives émergent, précieux fragments d’autres mondes possibles. Partout dans les territoires, les habitant.e.s de la Terre se réapproprient leur puissance d’agir sans plus la déléguer. Des myriades d’initiatives radicales démocratiques, écologiques, solidaires se bâtissent dans tous les multiples aspects qui font nos vies – alimentation, soin, logement, démocratie radicale, communs, autodétermination, accueil et hospitalité, énergie etc.

Mais l’accumulation de ces milliers d’utopies concrètes aussi radicales soient-elles, ne suffira pas à contrer le rouleau compresseur du système de dominations auquel nous faisons face. Isolées des luttes, les alternatives risquent de s’enfermer dans des « niches » locales ou marginales. Séparées des alternatives, les résistances s’affaiblissent, sans ancrage ni prise sur le monde.

Loin de toute posture « alternativiste » ou angélique, nous devons donc contribuer à tisser un maillage puissant entre les utopies concrètes et les résistances, toutes les luttes et soulèvements qui, partout sur la planète, veulent renverser les systèmes de dominations pour qu’advienne justice sociale, démocratie réelle, soin pour les vivant.e.s.

Nous devons relier, tisser un maillage puissant et des passerelles inédites entre les utopies concrètes et les résistances, toutes ces luttes qui maintiennent vive l’énergie de l’indignation et de l’insoumission.

C’est pour contribuer à nourrir cet élan que la Fondation Danielle Mitterrand propose de mettre en lumière les « utopies en résistance » ; qui participent aux métamorphoses du monde – de Santiago au Liban, de Dijon à la Guyane, de la Syrie au Wallmapu, etc. Pour aider à s’orienter dans le continent souterrain des métamorphoses en cours. Pour s’en inspirer et bouleverser nos pratiques, nos manières de vivre et nous organiser. Pour enrichir nos intelligences collectives, affûter des stratégies, imaginer de nouvelles alliances. Pour que les « utopies concrètes » d’aujourd’hui préfigurent les transformations systémiques de demain.

Nous vous proposons donc plusieurs rubriques :

  • UTOPIES EN RÉSISTANCE : Partir à la rencontre de cette métamorphose en cours en découvrant plusieurs alternatives radicales soutenues.
  • EN ROUTE POUR LA MÉTAMORPHOSE : Des entretiens de fond avec ces acteurs et ces actrices pour penser la radicalité de leurs actions ou des articles dans lesquels prendre le temps de défricher, dans la confusion apparente du présent, les lignes de transformation prometteuses.