Le journaliste Philippe Boury de radio Fréquence Terre met à l’honneur le collectif libanais lauréat du Prix Danielle Mitterrand 2020 : Buzuruna Juzuruna.

Ce collectif de paysans en agroécologie plante les graines de la souveraineté alimentaire avec des dizaines de familles libanaises et réfugiées syriennes, dans une région bouleversée par des années de guerre et un pays, le Liban, enfoncé dans une profonde crise économique, politique, sociale, alimentaire.

Première partie
La souveraineté alimentaire au Liban à l’honneur du prix Danielle Mitterrand

“Buzuruna Juzuruna veut dire ‘nos graines sont nos racines’ en arabe. Depuis 2015, il œuvre à la souveraineté alimentaire des Libanais et des réfugiés syriens au Liban. Et il participe au développement et à la distribution de semences paysannes, à la formation à l’agriculture et l’aide aux familles réfugiées.” Joséphine Delesalle, chargée du Prix Danielle Mitterrand 2020.

Deuxième partie :
Buzuruna Juzuruna, le collectif qui réveille les consciences

“Au début, c’est la volonté, la folie, la curiosité et l’envie de faire. Et tout d’un coup, c’est quelqu’un avec des moyens qui permet de réaliser nos rêves les plus fous. C’est à partir de là qu’on a eu notre terrain de deux hectares. On a organisé une grande fête avec des gens qui sont venus de tout le Liban, avec plein de milieux sociaux différents et de nationalités différentes. On leur a expliqué notre projet, notre volonté monter un collectif, de faire de la semence, et de donner des formations. C’est à l’issue de cette fête qu’on a trouvé le nom de Buzuruna Juzuruna.” Zoé du collectif Buzuruna Juzuruna.


Toutes les chroniques de la Fondation Danielle Mitterrand à retrouver sur Fréquence Terre.

Fréquence terre

Voir aussi