En France, les coupures d’eau pour impayés sont interdites par la loi depuis 2013, une interdiction validée par le Conseil constitutionnel deux ans plus tard.  Mais les multinationales ont encore eu recours à cette pratique après 2015, plongeant les usagers dans une profonde détresse économique et sociale.

UIRSTEA Marie Tsanga Tabine étude qui vient de paraitre révèle l’aspect inhumain de ces coupures et réductions de débit d’eau. Marie Tsanga Tabi, chercheuse à l’Irstea – Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture est l’auteur de ce rapport en collaboration avec la Fondation France Libertés et la Coordination eau Ile-de-France. Elle s’est appuyée sur les quelques 1200 témoignages de familles victimes de coupures d’eau reçus entre 2014 et 2017.

« La coupure est plutôt vécue comme une expérience traumatisante, à la fois sur le plan psychologique et sur le plan moral. C’est même vécu comme un choc. »


Retrouvez toutes les émissions « Monde Solidaire » diffusées sur la webradio Fréquence Terre / Ecolodio.

Voir aussi