Les crises écologique, sociale, économique et politique que nous connaissons actuellement sont-elles annonciatrices d’un profond bouleversement de nos civilisations? Ce sont les questions soulevées par de plus en plus de citoyens pour qui changement climatique, épuisement des ressources naturelles, chute de la biodiversité et pollution, condamnent à court terme notre ère industrielle.

Cette réflexion, Corinne Morel Darleux l’a menée dans un livre, « Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce ». La conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes cherche des moyens pour endiguer le naufrage généralisé.

Jérémie Chomette, directeur de la Fondation France Libertés, répond aux questions de Philippe Boury pour Fréquence Terre

Jérémie Chomette« On ne sait pas ce qu’il va se passer exactement. Et si on essaie d’être juste – c’est ce qui fait écho avec l’action de la Fondation et avec Danielle Mitterrand qui parlait de l’importance d’être juste, faire ce qui est bon pour l’humain et le vivant – si on se dit, aujourd’hui, je vais essayer d’agir pour le présent et essayer d’être au maximum de justesse, cela va avoir des effets bénéfiques. Au quotidien, il est nécessaire de lutter pour que chaque dixième de degré, ou chaque espace de liberté qu’on essaie de nous enlever. Il faut agir de la manière la plus juste en restant digne. »


Toutes les chroniques de France Libertés à retrouver sur Fréquence Terre

Logo Frequence terre

Voir aussi