Changement climatique, montée des nationalismes et de la xénophobie, appropriation du vivant, marchandisation des biens publics, ce début du XXIe siècle concentre tout un tas de menaces pour le bien-être de l’Humanité.

Dans ce contexte, la protection des droits humains s’inscrit comme une nécessité absolue et un moyen de restaurer des solidarités. C’est dans cet esprit que s’est tenu à Paris fin octobre le Sommet des défenseurs des droits humains. 150 militants du monde entier se sont rassemblés, à l’appel notamment d’Amnesty international, et soutenu par de nombreuses ONG, dont France Libertés.

Jérémie ChometteJérémie Chomette, directeur de France Libertés, répond aux questions de Philippe Boury pour Écolodio.

« L’idée du sommet des défenseurs des droits humains est de créer un espace de solidarité et de rencontres entre ces défenseurs pour alerter largement l’opinion publique. […] Au Brésil, le nouveau président a déclaré ouvertement pendant sa campagne que tous les défenseurs des droits humains et les ONG pouvaient être des terroristes.


Toutes les chroniques de France Libertés à retrouver sur Ecolodio.com

ecolodio logo

Voir aussi