Marion Veber, responsable des programmes à la Fondation Danielle Mitterrand, a répondu aux questions de Philippe Boury sur Radio Fréquence Terre dans une émission consacrée aux peuples autochtones et à leurs vulnérabilités face à la pandémie du Covid-19.

 

Marion Veber

« Malheureusement, cette pandémie a pour les peuples autochtones un arrière-goût de déjà-vu. Les processus de colonisation ont entrainé avec eux un certain nombre de maladies contre lesquelles les autochtones n’étaient pas immunisés. Cela a conduit à la disparition de nombreux peuples et à des taux de mortalité extrêmement importants. Ce qu’il faut rappeler, c’est que les épidémies étaient importées aussi bien par les colons. Les chiffres étaient glaçants. En Amérique latine, 90% des autochtones présents sur le territoire ont été décimés. En Guyane, on avait environ 36 peuples avant l’arrivée des colons. Aujourd’hui, il n’y a plus que six peuples. On voit qu’il y a un véritable traumatisme. Les autochtones continuent de porter cela en eux. Aujourd’hui, ils font face à une nouvelle vague et cela ravive beaucoup de peurs. »

 

Écoutez les podcasts :

1ère partie

2ème partie

 

Toutes les chroniques de la Fondation Danielle Mitterrand à retrouver sur Fréquence Terre.

Fréquence terre

Voir aussi