Mettre en lumière les combats pour un monde plus juste, plus humaniste, plus solidaire, c’est l’idée du Prix Danielle Mitterrand remis chaque année depuis 2013 par la Fondation France Libertés.

Depuis cinq ans, la Fondation rend ainsi plus visible des initiatives remarquables, de citoyens, d’associations locales ou d’ONG qui refusent le fatalisme et se battent pour défendre les droits humains. Et cette année, c’est l’actrice franco-iranienne Golshifteh Farahani, et le peuple Krenak qui auront les honneurs de la Fondation le samedi 3 novembre à Paris.

Jérémie ChometteJérémie Chomette, directeur de France Libertés, répond aux questions de Philippe Boury pour Écolodio.

« Le prix a été créé en 2013, une quinzaine de mois après le décès de Danielle Mitterrand. L’idée était de dire que le chemin qu’avait tracé Danielle Mitterrand se poursuivait. Mais plutôt que de parler d’elle, ce qui nous intéressait était de mettre en lumière les valeurs qu’elle défendait à travers notamment des initiatives ou des luttes de peuples, de collectifs ou de personnalités remarquables. Ce sont les questions de liberté, de justice, d’un monde démocratique et soutenable. »


Toutes les chroniques de France Libertés à retrouver sur Ecolodio.com

ecolodio logo

Voir aussi