186 morts et 122 disparus ! La rupture du barrage minier le 25 janvier à Brumadinho, au sud-est du Brésil, s’annonce comme une nouvelle catastrophe environnementale et humaine de plus.

Trois ans après le drame de Mariana, les conséquences écologiques risquent fort d’être majeures. Et comme à Mariana en 2015 avec le peuple Krenak, c’est la vie d’un autre peuple autochtone qui est menacée, les Pataxó Hã-hã-Hãe.

Marion VeberMarion Veber, Responsable des programmes à la Fondation France Libertés, répond aux questions de Philippe Boury pour Fréquence Terre.

L’extractivisme est un système à bout de souffle. C’est d’ailleurs ce que dénoncent les peuples autochtones avec lesquels on travaille, mais aussi un grand nombre d’ONG et d’habitants qui souffrent de ces crimes. C’est effectivement un système qui aujourd’hui n’a plus de sens parce qu’on voit ses limites.


Toutes les chroniques de France Libertés à retrouver sur Fréquence Terre

Logo Frequence terre

Voir aussi