« Défendre le peuple Krenak, c’est nous défendre nous-mêmes », c’est ce que martèlent Anne Suarez et Olivier Rabourdin dans une tribune publiée début novembre dans le journal Le Monde. Les deux comédiens, qui sont à l’affiche de la série Guyane, sont les parrains de la campagne “Justice for Krenak”. Ils ont remis début novembre le prix Danielle Mitterrand décerné au peuple Krenak, ce peuple autochtone brésilien.

Anne Suarez répond aux questions de Philippe Boury pour Écolodio.

Anne Suarez

« Le drame des Krenak, c’est celui de plein de peuples autochtones qui doivent subir la pollution liée à l’extractivisme. C’est vrai en Amazonie, au Brésil, en Équateur. Mais c’est aussi vrai au Canada.

Ce sont d’abord les peuples autochtones qui sont impactés par ces pollutions parce qu’ils ont des sous-sols, la plupart du temps, super riches en matière fossile. Mais cela nous concerne tous parce que cela devient absurde d’imaginer que, quand il se passe des choses avec un impact sur la nature aussi fort, même si c’est à l’autre bout du monde, cela n’a pas d’impact plus global sur le climat, sur les mouvement migratoires et sur l’organisation du monde dans lequel on vit. Cela nous concerne tous. Et cet extractivisme est à l’œuvre un peu partout. […]

Par exemple en Guyane avec Montagne d’or, c’est exactement ce qu’il sont en train d’essayer de faire. La Guyane est un bout de territoire français. Moi, j’estime que cela me concerne. »


Toutes les chroniques de France Libertés à retrouver sur Ecolodio.com

ecolodio logo

Voir aussi