La conférence à Sciences po Paris, organisée avec les associations étudiantes Sciences Po environnement et Amnesty International, a regroupé autour de la table plusieurs spécialistes de l’eau qui ont offert un débat dense et de qualité.

Yann Laurans, directeur délégué aux relations extérieures a ouvert la séance en dressant un rapide mais clair historique des problématiques de l’eau en France, sur lequel a rebondi Anne le Strat en expliquant brillamment le fonctionnement en régie publique de la Ville de Paris qu’elle a contribué à mettre en place en 2010 avec Bertrand Delanöe.

Puis, c’est Daniel Marcovitch, vice-président du Comité National de l’eau, qui a pris la parole pour nous exposer les mesures concrètes de la proposition de loi n°1375 porté par France Libertés, la Coalition Eau et de nombreuses associations à l’Assemblée Nationale pour rendre effectif le droit d’accès à l’eau pour tous en France.

Pour conclure, Dominique Curis, coordinatrice des défenseurs des droits humains à Amnesty International, nous a emportés vers d’autres horizons en nous racontant, image à l’appui, l’effroyable conflit sur une source d’eau entre l’armée Israélienne  et les habitants Palestiniens d’un village en territoire occupé, à Nabi Saleh.

La salle très attentive est facilement entrée en interaction avec les intervenants qui ont favorisé les échanges. Qualité d’informations et débats étaient donc les maîtres mots de cette première conférence réussie. Espérons que les suivantes soient aussi satisfaisantes pour les intervenants, les organisateurs et surtout les participants.
 

Voir également