Membres d’organisations et de collectifs, bâtisseurs et bâtisseuses d’utopies, universitaires, artistes, acteurs et actrices de territoires en lutte, ce ne sont pas moins de 160 personnes qui nous ont rejoint les 5 et 6 novembre derniers lors des rencontres « Sans transition : utopies et métamorphoses » à l’hôtel de ville de Paris.

« Sans Transition : Utopies et métamorphoses » ?

Enigmatique, ce titre qui a pris tout son sens lors de la conférence d’ouverture, lorsque diverses voix, scientifiques, universitaires et militantes ont appelé à dépasser le paradigme de la transition et opérer une rupture franche avec ce modèle destructeur et les systèmes de penser qui l’ont engendré et le reproduisent. Après cela, l’écho des mots de celles et ceux qui portent les luttes et construisent des alternatives radicales a résonné, du Nord-Est de la Syrie au Chili, de Saint-Denis à la Guyane, la métamorphose du monde a déjà commencé et ne demande qu’à s’épanouir.

Motivés par les bouleversements qu’affronte le monde et l’importance de construire ensemble ces utopies réelles, ces deux jours de rencontres ont été l’occasion de prendre collectivement du recul sur nos pratiques et nos modes de pensées pour inspirer une transformation des imaginaires et susciter de profondes métamorphoses.

De l’expérience sensible et artistique collective …

Accompagné.e.s par la troupe de la Fine Compagnie, nous nous sommes aventuré au cœur de la métamorphose de nos manières d’être et de penser. Nous avons pu la ressentir et la vivre autrement que par l’esprit grâce à l’exploration des possibilités sensibles de la voix, l’expérimentation de nos corps en mouvement entrainés dans une danse vivante et la force des mots écrits et partagés. Tandis qu’aux côtés de l’Equipe Ludique, nous avons découvert la force d’une approche par le jeu pour nourrir la réflexion et penser la métamorphose.

Pour conclure la première journée, un rituel collectif nous a embarqués dans l’envoutant récit du voyage d’un saumon qui remonte la Seine : yeux fermés, voix qui chantent et apaisent, bruissements du sable et frottements des pierres. Déploiement collectif dans une marche aux flambeaux qui nous a menés face à la Seine. Incarnée dans la déesse celte Sequana, nous lui avons offert un cri, un chant et des pensées, pour nous lier à cette part sensible en nous, à ces présents qui nous entourent et faire l’expérience d’un éveil commun.

… aux échanges de pratiques et nouvelles alliances

De la démocratie radicale aux commun(s), des relations avec le vivant à la question des savoirs situés ou bien encore des possibilités d’articulations de stratégie jusqu’aux pratiques de soins dans les milieux militants, les cinq ateliers thématiques organisés durant les deux jours ont permis de partager nos pratiques et d’échanger sur nos expériences.  Ecoute et apprentissage étaient au rendez-vous pour mieux se connaître,  renforcer nos alliances et penser la transformation jusque dans nos pratiques et modes d’action.

La « soirée des métamorphoses radicales » a conclu ces deux jours riches et intenses. C‘est avec beaucoup d’émotions que nous avons remis le Prix Danielle Mitterrand 2021 à Ana et Najat de l’association des Journalières en Luttes de Huelva. A travers leurs mots puissants nous avons découvert l’importance de leur lutte pour défendre leurs droits à une vie digne face au rouleau compresseur d’un système agricole déshumanisant et les liens forts, solidaires et touchants qui les unissent.

Un beau moment prolongé par la remise en main propre du prix de l’année passée au collectif Buzuruna Juzuruna basé dans la vallée de la Bekaa au Liban.

Lors d’un moment inédit, la table-ronde de bâtisseurs et bâtisseuses d’utopies qui a suivi, a réuni des acteurs et actrices du changement radical pour échanger autour des liens indissociables entre les utopies et les luttes, des questions de radicalité, et partager leurs rêves ancrés dans leurs territoires.

Autant d’échanges qui nous ont rempli d’énergie positive et d’espoir !

Des rencontres festives, conviviales et puissantes

Finalement c’est dans une atmosphère conviviale que nous avons célébré ensemble les 35 ans d’existence de la Fondation. Une soirée animée par les conversations et les rires, au son de la musique enivrante du groupe ZaZlooZ.

D’autres temps forts ont rythmé ces deux jours dont la lecture du texte « Nous étions debout et nous ne le savions pas » par son auteure Catherine Zambon et Jean-Yves Bertheloot. Un instant poignant sur la prise de conscience et la naissance intime et collective de l’engagement.

La librairie Utopia était également présente avec de nombreux ouvrages inspirants tout comme la Cantine des Femmes Battantes de Saint-Denis qui nous a régalé autant qu’émus !

Photos ©CommonsPolis, AtopoWepe et Fondation Danielle Mitterrand

Voir également