Les 5 et 6 novembre 2021 à l’Hôtel de ville de Paris *

Face à l’urgence systémique, une invitation à se retrouver pour prendre du recul, bouleverser nos pratiques et donner vie à des utopies radicales.

Au tournant de 2021, notre monde est plus bouleversé que jamais. La sixième extinction ravage le tissu du vivant, le changement climatique transforme la Terre en étuve, les inégalités n’ont jamais été aussi abyssales, des millions de personnes s’exilent pour fuir les guerres, les pouvoirs se concentrent dans les mains d’une oligarchie ayant renoncé à tout monde commun. La haine, le racisme et les dominations montent en flèche. Malgré les sommets internationaux, les rapports de scientifiques, les pétitions, les alertes, les marches pour le climat, les actions directes, les forums sociaux, les zones à défendre, les blocages et les grèves, le « business as usual » mortifère continue sa domination et le néolibéralisme autoritaire s’installe partout.

Malgré ce contexte inédit dans l’histoire de l’humanité, nos organisations, nos collectifs, dans leur majorité, font peu évoluer (ou trop lentement) leurs pratiques et modes de pensées. Nous restons bloqués dans le paradigme de la « transition » : faire évoluer graduellement les modèles dominants à partir des formes de pensées et d’actions qui les ont engendrés.

Face à cette situation historique totalement inédite, comment créer les conditions d’une rupture historique avec ce modèle destructeur ? Comment s’ouvrir à des transformations en profondeur de nos façons de voir, de penser et d’agir à même de stopper le système ravageant le vivant et mettant en péril la survie de l’humanité ? Nous ne pourrons sortir de nos schémas paralysants qu’ensemble, par l’échange et l’expérimentation, loin des incantations, grâce à des récits et des pratiques issus d’autres paradigmes.

Nous appelons, loin de tout défaitisme, à une métamorphose radicale de notre monde. 

Partout sur la planète, cette métamorphose a déjà commencé. Des mondes post-capitalistes prennent corps dans les luttes et les alternatives : des « utopies concrètes » à hauteur de vies et de territoires, qui renouvellent, dans tous les domaines, un monde basé sur le(s) commun(s), la démocratie radicale et une transformation profonde de nos relations au vivant et à l’autre, libérées des rapports de domination.

Au Chili, les assemblées populaires se multiplient dans le sillage de « l’estallido social » (« révolte populaire ») et des candidats indépendants vont réécrire une nouvelle Constitution. Au Liban, des coopératives agroécologiques alimentent la « révolution » populaire (thawra) en semences et en perspectives. En France et ailleurs, des mouvements municipalistes se rapproprient les communes, des territoires en lutte contre des grands projets contestables réinventent du commun et une autre relation au vivant. En Guyane, les peuples autochtones luttent pour leur autonomie territoriale. Au Chiapas, dans le sud du Mexique, les zapatistes affirment leur « autogouvernement en bas à gauche » depuis près de 30 ans. Au Rojava/Nord-Est de la Syrie, se construit un système basé sur la démocratie locale, l’émancipation des femmes, la coexistence des peuples et l’économie sociale. Les territoires sur la planète habités par les peuples autochtones, quand ils ne sont pas colonisés, sont les plus bio-divers.

Pour contribuer à renforcer ce mouvement souterrain et puissant, la Fondation Danielle Mitterrand propose, à l’occasion de ses 35 ans, les rencontres « SANS TRANSITION : Utopies et Métamorphoses ». L’archipel de ces luttes et utopies radicales, dispersées et émergentes un peu partout, est sans conteste immense : il donne corps à un possible basculement vers des futurs désirables. Pour autant, personne ne détient « la » solution unique : il est primordial de prendre le temps de se rencontrer, prendre conscience avec lucidité, s’écouter avec humilité, d’apprendre des uns et des autres, et renforcer nos alliances.

C’est donc avec une grande joie que nous invitons près de 120 personnes, qu’elles soient issues d’organisations ou collectifs, bâtisseuses d’utopies, universitaires, artistes, acteurs ou actrices de territoires en lutte, etc., à se retrouver pendant deux jours de rencontres privilégiées pour :

  • Echanger sur nos expériences dans ce chemin vers une métamorphose systémique en rupture avec les paradigmes dominants actuels.
  • Mieux se connaître, au-delà de nos champs d’actions respectifs pour bâtir de nouvelles alliances.
  • Métamorphoser nos sensibilités, à travers des ateliers de création artistique et la rencontre de celles et ceux qui bâtissent partout des utopies concrètes ;
  • Métamorphoser nos organisations/collectifs, à travers des ateliers de partage de pratiques autour de la démocratie radicale, des commun(s), du « retour sur Terre » et de l’ancrage, des savoirs pour une métamorphose du monde, etc.

Les rencontres « SANS TRANSITION : Utopies et métamorphoses » se veulent radicales – pour questionner la racine des problématiques cruciales auxquelles nous faisons face ; transnationales – avec des intervenant.e.s de plusieurs continents ; intergénérationnelles et inclusives ;
co-construites avec des partenaires d’ici et d’ailleurs, de champs différents – pour décloisonner.

Elles s’inscrivent dans une dynamique collective et un processus de temps long. Loin de toute autosatisfaction, nous nous posons à la Fondation Danielle Mitterrand de nombreuses questions que nous souhaitons mettre en partage. Pour susciter des métamorphoses de pratiques en profondeur au sein de nos différents réseaux. Pour inspirer une transformation des imaginaires, et dépasser les récits d’un « effondrement » inéluctable, d’un « autoritarisme » inévitable, ou d’une « croissance verte et numérique » mortifère.


AU PROGRAMME DES RENCONTRES :

  • Des conférences en plénières pour mettre en lumière les luttes et utopies concrètes qui opèrent des voies de rupture
  • Des ateliers en petits groupes pour penser des questions-clés qui nous traversent, échanger sur nos pratiques, réfléchir aux alliances possibles
  • Des ateliers créatifs pour expérimenter autrement l’idée de métamorphose, ressentir et créer ensemble
  • Des temps artistiques pour célébrer ensemble ces chemins qu’on trace
  • La remise du Prix Danielle Mitterrand pour (re)découvrir une lutte emblématique contre l’hydre du ravage du vivant et l’écrasement des peuples
  • Tout un « univers de la métamorphose » dans lequel se plonger et à construire ensemble

*  Cet évènement est destiné aux actrices et acteurs de la société civile.

Voir également