Le dernier jugement rendu à Thionville, qui condamne le propriétaire et la régie publique de la famille que nous avons soutenue, est une décision extrêmement représentative de ce qui se passe pour plus de 120.000 familles par an.

L'exemple est fort car Mme M. règle son loyer chaque mois, paye ses charges aux échéances prévues, et s'est vue couper l'eau parce qu'il y avait un conflit entre son propriétaire et sa régie. Le juge a bien évidemment condamné cette pratique, mais qu'en est-il des nombreux cas dont nous avons recueillis les témoignages et pour lesquels les distributeurs ont fait pression sur les locataires afin qu'ils payent, eux-mêmes, la dette de leur syndic pour pouvoir retrouver l'eau? Il s'agit d'un racket, d'une utilisation de la force pour récupérer quelques centaines ou quelques milliers d'euros.

Alors que les attentats de ce début janvier sont présents dans nos esprits et nos cœurs, alors que l'on nous annonce des décisions sécuritaires avec plus de protection contre une menace invisible, nous avons aussi le devoir d'inventer de nouveaux chemins de paix et de réconciliation pour moins de violence.

Pour la mise en œuvre de notre service public de l'eau, nous demandons que cesse l'injustice et que les distributeurs d'eau saisissent l'opportunité de cette grande réconciliation possible avec leurs clients. Nous ne pouvons nous satisfaire d'un service public qui ne voit dans le recouvrement de ses factures qu'un rapport de force qui l'oblige régulièrement à prendre ses propres clients en otage, alors que ces coupures d'eau sont reconnues illégales par la loi.

Avec la violence que nous avons connue, chacun de nous doit donner des gages de non-violence et les distributeurs d'eau ont, dans leurs mains, cette occasion formidable de contribuer directement. Cessez les coupures d'eau, trouvez les modes opératoires vous permettant de vous réconcilier avec vos clients et (re)tissez les liens qui sont nécessaires au bon fonctionnement de notre société afin que nous trouvions, ensemble, les moyens d'aider ceux qui n'arrivent pas à payer leurs factures.

Effectivement, la solution de la coupure est pratique d'un point de vue économique mais inhumaine si vous essayez de vous mettre à la place des usagers de l'eau. Chaque famille dans le monde a besoin d'eau pour vivre dignement.

La journée du dimanche 11 janvier a prouvé combien les forces de réconciliation sont puissantes pour peu que nous soyons prêts à nous parler, à nous regarder et à faire résonner notre humanité.

Renouvelons cette expérience, cessons de ne penser qu'à l'argent et réinventons notre service public de l'eau pour que nous puissions, demain, être fiers de dire que nous amenons l'eau à toutes les familles en France sans aucune violence. Les acteurs français de l'eau peuvent faire leur part de colibri pour aider à la construction de cette France réconciliée et non-violente dont nous avons tant besoin avant de faire plus encore pour que le droit à l'eau pour tous devienne réalité dans le monde.

Retrouvez l'article sur le site du Huffington Post ici.

Voir également