La Fondation Danielle Mitterrand condamne vivement l’assassinat par des drones de l’État turc de trois militantes féministes kurdes de Syrie, mardi 23 juin 2020.

 

Elles construisaient un monde de justice, d’égalité et de liberté, l’État turc les a assassinées.

Elles s’appelaient Zehra Berke, Hebûn Mele Xelîl et Amina Waysî.

L’armée turque, par drone, les a abattues à proximité de Kobane, dans la région du Rojava, violant une nouvelle fois le territoire syrien et tous les accords internationaux sur la Syrie.

Elles étaient très impliquées dans le Kongra Star, le mouvement des femmes du nord et de l’est de la Syrie dont Zehra Berke était l’une des coordonnatrices pour la région de l’Euphrate. Elles avaient combattu l’organisation État islamique. Elles étaient des actrices importantes de la construction en cours d’une société démocratique, égalitaire et écologique au nord de la Syrie.

C’est ce mouvement et cette société qu’attaque sans relâche l’État turc depuis des années, envahissant le nord et l’ouest de la Syrie, terrorisant sa propre population et même, comme en janvier 2013, tuant sur le sol français trois activistes kurdes.

Accompagnés de Corinne Morel Darleux, autrice et conseillère régionale, la Fondation Danielle Mitterrand avait rencontré Zehra Berke et Hebûn Mele Xelîl en juillet 2019 dans les locaux du Kongrastar de Kobane. Elles avaient su mettre des mots et des actes sur cette incroyable transformation que nous observions, cette libération des peuples du Nord de la Syrie par l’émancipation des femmes.

Elles nous avaient présenté cette longue lutte pour les droits des femmes démarrée il y a plus de 15 ans sous le régime de Bachar El-Assad, et qui progressivement s’est enracinée dans toute la société du nord-est de la Syrie grâce à des femmes de toutes les origines et conditions sociales.

Elles nous avaient expliqué les actions transformatrices réalisées depuis la révolution de 2012 : le développement des coopératives économiques de femmes, la création des maisons des femmes, lieux de dialogue et d’accompagnement, l’éducation de toutes et tous à l’égalité des genres, les lois interdisant la polygamie et le mariage des jeunes filles, la co-présidence paritaire de toutes les institutions de Kobane jusque Raqqa l’ancien fief de l’organisation État Islamique.

Ces femmes sont une inspiration pour celles et ceux qui aujourd’hui aspirent à un monde de justice, d’égalité et de paix, libéré du patriarcat et du néo-libéralisme.

Ce massacre ne doit pas rester impuni. La Fondation Danielle Mitterrand appelle l’État français à sanctionner la Turquie pour ces assassinats.

Voir aussi