Le 23 janvier 2020, une décision de la Cour suprême de Suède a reconnu au peuple autochtone Sami le monopole pour la délivrance de permis de pêche et de chasse sur ses terres, dans le village de Girjas. Nous saluons cette victoire historique pour les droits des peuples autochtones.

Le peuple Sami est le dernier peuple autochtone d’Europe. Il est présent au nord de la péninsule scandinave, en Suède, en Norvège, en Finlande et en Russie. On compte entre 70 000 et 100 000 Samis, dont environ 20 000 vivent en Suède. Ils sont représentés politiquement par le Parlement Sami.

La Suède a longtemps eu une politique discriminatoire envers les Samis et les a spolié de certains de leurs droits sur les activités de pêche et de chasse. La présente décision de justice fait suite à un procès commencé en 2009. C’est une longue bataille juridique qui s’achève donc par une victoire pour les Samis.

Cette décision de justice garantit les droits des Samis du village de Girjas mais surtout, elle fait jurisprudence pour les autres villages samis de Suède et des pays voisins.

 

Photographie d’Anders Wiklund, prise le 23 janvier 2020

Déclaration de Mats Blind-Berg, représentant de la communauté Sami

Cette victoire juridique garantit au peuple Sami le droit de décider qui peut chasser et pêcher sur ses terres. Cependant cette décision ne fait pas disparaître toutes les discrimination subies par les Samis, le racisme et les menaces à l’encontre des Samis se sont même accentuées ces dernières semaines :

Nous sommes satisfaits du résultat du processus de poursuite et de la décision de la Cour suprême. Mais dans le même temps, beaucoup de haine a fait surface de la part des gens aux alentours, ce qui a renforcé le sentiment de peur et d’insécurité. Je suis confiant dans le fait que la décision va être respectée et nous avons beaucoup travaillé pour nous organiser en ce qui concerne les droits de chasse et de pêche. Je pense aussi que cela aura un impact très fort sur le long terme pour le respect des droits des Samis en général. C’est une question plus large et il nous faudra plus de temps pour l’analyser et voir ce qui se passe ensuite, notamment face à des problèmes comme les projets miniers, éoliens ou d’exploitation forestière. J’espère que la décision de la Cour suprême incitera le gouvernement suédois à respecter les droits des Samis dans le futur.

 

Photographie d’Hans-Olof Utsi

Aller plus loin :

Voir aussi